Comme le disait il y a quelques jours à peine Jermaine Jackson, le frère de Michael, il était temps ! Le fameux Docteur Conrad Murray a enfin été inculpé hier à Los Angeles d’homicide involontaire sur la personne de Michael Jackson décédé le 25 juin dernier des suites d’une injection de propofol, un anesthésique particulièrement puissant qui sert habituellement à endormir un patient dans le cadre d’une intervention chirurgicale.
Alors que le procureur s’était prononcé en faveur de son incarcération, le Docteur Murray a finalement été remis en liberté après paiement d’une caution de 75 000 dollars. Il plaide non coupable. Inutile de vous préciser que la famille Jackson n’est pas vraiment d’accord jugeant l’acte d’accusation « trop léger ».
Retour sur les faits. Dès les premiers jours qui ont suivi la mort de Michael Jackson, le Dr Murray avoue aux enquêteurs avoir administré au défunt roi de la pop 50 milligrammes de Propofol chaque soir durant 6 semaines. Objectif : l’aider à dormir. Détectant une sorte d’addiction, il avait toutefois diminué la dose de 50% et décidé de compenser avec des sédatifs (du Lorazpam et du Midazolam).
Le jour de sa mort le Dr Murray aurait administré au défunt roi de la pop du valium à 01H30 du matin puis un peu plus tard dans la nuit du Lorazepam et du Midazolam. Le lendemain matin et parce que Michael Jackson n’arrivait pas à trouver le sommeil il lui aurait fait une injection de 25 milligrammes de Propofol.
Ce mélange lui sera fatal d’autant que son organisme était déjà bien affaibli par la prise de mutliples médicaments prescrits par d’autres médecins.
Le Dr Murray s’est absenté durant quelques instants…. le roi de la pop était mort à son retour. Il pourrait être inculpé d’homicide involontaire.

Rate this post