Regardez cet homme. Il s’appelle Mark Gasson, il est chercheur à l’université de Reading en Grande-Bretagne et depuis hier on ne parle plus que de lui sur la toile. Il faut dire qu’il y a de quoi.
Il a en effet décidé de s’implanter volontairement un virus informatique dans le corps via une puce RFID qu’il s’était fait implanter sous la main gauche un an plus tôt. Il a ensuite volontairement contaminé cette puce.
Son but est de montrer à tous que cette technologie peut être exploitée à mauvais escient et de mettre ainsi en garde toute la communauté scientifique.
Selon Mark Gasson qui a promis d’en dire plus le mois prochain, cette puce lui a permis d’ouvrir des portes sécurisées de l’université ou d’utiliser son téléphone portable. Toujours selon ses déclarations le virus a ensuite pu se propager dans tous les appareils qui ont communiqué avec la dite puce contaminée. Aujourd’hui il met donc en garde en déclarant que le virus aurait pu se propager parmi les humains si d’autres personnes avaient été équipées d’une puce du même type.
L’utilisation de ces puces étant appelée à se développer y compris dans le domaine médical (pacemakers de nouvelle génération par exemple), y’a t-il de réelles raisons de s’inquiéter ?
Sachant que ne nous sommes pas spécialisés sur le sujet, nous invitons tous ceux qui s’y connaissaient vraiment à un peu nous éclairer…