Téléthon : Pierre Bergé persiste et signe

affiche-telethon2009Dans ce que l’on peut désormais appeler l’affaire « Téléthon » Pierre Bergé persiste et signe aujourd’hui renouvelant ses accusations contre le Téléthon et ses organisateurs.

Interrogé par Europe 1 aujourd’hui, le célèbre homme d’affaires qui se trouve aussi être à la tête du Sidaction, affirme avoir consulté le rapport financier de l’AFM et déclare « C’est étrange que cette association caritative ait par exemple 7 millions d’euros de produits financiers (…) Il faut que les gens sachent que leur argent n’est pas utilisé tout de suite, il vient grossir les réserves du Téléthon, dans des produits financiers (…) L’AFM dispose aussi de 200 millions d’euros placés et 150 millions de réserves, des participations dans des entreprises ».

Hier dans le Monde, Pierre Bergé publiait une tribune réclamant une meilleure répartition de la générosité des français et proposant un « pot commun » regroupant toutes les associations.

Ce week-end il déclenchait la polémique après des propos particulièrement violents tenus sur l’antenne de France Info. Il déclarait alors : « Le Téléthon parasite la générosité des Français d’une manière populiste, en montrant des enfants myopathes, en exhibant le malheur des enfants. Je trouve ça absolument inadmissible (…) 100 millions d’euros pour le Téléthon ne sert à rien (…) d’autant que les organisateurs du téléthon, ont trop d’argent et achètent des immeubles »

Laurence Tiennot-Herment, présidente de l’AFM, lui répondait aussitôt se disant outrée et choquée par la violence de ses propos. Elle précisait alors que si de l’argent avait bien été employé dans le bâtiment et/ou la construction, c’était dans le cadre des missions sociales de l’AFM. Parmi les exemples cités par Laurence Tiennot-Herment, celui d’appartements construits à Angers considérés comme des « lieux de répit pour les familles » ou celui de la construction d’un bâtiment dédié à la fabrication de médicaments.

La polémique va t-elle enfin cesser à l’approche de la 23eme édition ? Pas sûr… Et les enfants malades dans tout ça, on y pense ?